Tout le monde est sensible, fort heureusement! Certaines personnes le sont plus que d’autres. Cela est inné, c’est à dire qu’on naît avec un « capital » sensibilité qui est très difficilement modifiable. Il fait partie intégrante de notre personnalité.

Être plus sensible que la moyenne peut être un atout comme un handicap selon le contexte. Pleurer devant un film, c’est mignon. Exploser de rire en pleine réunion, ça l’est un peu moins…

L’hypersensibilité vient d’une hypervigilence, une hyper-focalisation du moment présent: c’est bien! La personne hypersensible vit le moment intensément. Par exemple, elle va vivre ce que lui raconte son ami, jusqu’à en partager les sensations.

Il y a des points forts à ça:

-> Une vie intérieure très riche. Une vie amoureuse, amicale plus épanouie, en découle un bonheur plus intense.
-> La qualité d’être analytique, observateur
-> Avoir 5 sens plus développés: Comme l’odorat chez un œnologue, ou l’oreille musicale
-> Vous êtes plus empathique, et plus à l’écoute de l’autre. Vous nouez plus facilement des amitiés sincères et durables. Vos proches se confient à vous.

Il y a aussi des point faibles:

-> La susceptibilité, car vous prenez plus facilement à cœur les dires des autres. Vous pouvez parfois « absorber » un conflit. C’est à dire que si deux personnes se disputent à côté de vous, ça peut vous mettre mal à l’aise, même si ça ne vous concerne pas.
-> Une hyperacousie (sensibilité au bruit), une photophobie (sensibilité à la lumière), sensibilité au froid… à cause des sens plus développés.
-> Des émotions de tristesse ou de colère plus fortes.

Forcément, être à 100% toute la journée, c’est épuisant. Vous êtes sans arrêt en train de faire des efforts pour compenser. Mettre des boules Quies, sourire quand vous êtes triste, vous recentrer quand un conflit éclate dans la pièce…

Comment faire pour vivre plus paisiblement avec cette hypersensibilité ?

1 _ Mieux se comprendre:

-> Le bruit, les disputes, la foule vous épuise, il faut donc vous reposer, car le manque de sommeil peut vous rendre dingue. Observez le nombre d’heures de sommeil dont vous avez besoin chaque nuit. Et respectez les.

-> Ressourcez-vous. Allez vous balader au calme dans la nature, buvez de l’eau fraîche, lisez un bon livre, faites du yoga, du sport, prenez un bain chaud avec plein de bulles, décompressez avec vos amis…

-> Soyez créatif ! Pourquoi ne pas vous mettre à la peinture, à la harpe, ou faire un joli bosquet dans votre jardin ?

-> Prenez un temps le soir pour vous détendre. Fermez les yeux, faites le bilan de votre journée en 2 minutes. Puis lâchez tout ce qu’elle peut comprendre. La fatigue, le stress, les impératifs, le travail… Laissez tout ça en dehors de la chambre. Prenez 5 grandes respirations, et dormez paisiblement.

-> Entourez-vous des bonnes personnes: votre conjoint(e), vos amis, vos collègues vous suivrons toute votre vie, ou du moins une grande partie. Choisissez le meilleur pour vous. Vous le valez bien !

-> Autorisez-vous à ne pas être parfait. Personne ne l’est. Vous avez le droit à l’erreur. La vie n’est pas un concours. On est là pour apprendre, se réaliser et s’amuser!

2 _ La Méditation pour se recentrer

Toutes les sortes de méditations ne sont pas forcément adaptées à un moment d’hypersensibilité.
Si vous venez de vivre une forte émotion, mieux vaut une séance qui vous apprend à embrasser l’émotion en cours, pour comprendre ce qu’elle est venue vous dire, et en tirer profit. Il ne faut pas chercher à la contrôler. Le problème du contrôle est que vous risquez de bloquer l’émotion, vous sentir mal, et avoir un poids sur vous.
La méditation va faire baisser votre taux de cortisol, donc de stress, et peut vous aider à vous recentrer pour la suite de la journée.